Clicky

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2015

La gauche radicale et ses tabous : entretien avec Aurélien Bernier

La gauche radicale et ses tabous: pourquoi le Front de gauche échoue face au Front national ,aurélien bernier,front de gauche,parti communiste français (pcf),robert hue,front national (fn),jean-marie le pen,france,institutions européennes,conférences et entretiens,brice gravelle,2014Réalisation: Brice Gravelle

Année de sortie: 2014

Pays: France

Durée: 44 minutes

En dépit du contexte de crise, du chômage de masse et d'une méfiance grandissante envers le capitalisme financier, la droite nationaliste française – le FN – recueille, depuis plusieurs élections, systématiquement plus de voix que l'extrême-gauche.

Aurélien Bernier, sympathisant du Front de gauche et auteur notamment de l'ouvrage La gauche radicale et ses tabous: pourquoi le Front de gauche échoue face au Front national s'essaie à en donner une explication. Sa thèse pourrait être résumée comme suit: si l'extrême-gauche française avance dans son programme la volonté de "tirer la couverture vers les classes populaires", elle ne s'en donne en réalité pas les moyens: même élue, ses propositions resteraient inapplicables dans l'actuel ordre juridique européen.

Cet entretien  -  dans lequel il reprend l'argument de son livre  - est entrecoupé de divers passages à la télévision, effectués à plusieurs années d'intervalle, de personnalités issues de ces deux tendances (Jean-Marie Le Pen puis Robert Hue notamment) exprimant leur position sur la question européenne et montrant leur revirement dans le temps.

 

Commentaires

L'explication d'Aurélien Bernier mérite selon moi d'être complétée par des arguments du type de ceux qu'emploient par exemple Thomas Franck dans son livre "Pourquoi les pauvres votent à droite: comment les conservateurs ont gagné le cœur des États-Unis (et celui des autres pays riches)" paru en français aux éditions Agone en 2008, ou encore jean-Claude Michéa dans l'ensemble de son œuvre, dans la critique de ce qu'il nomme le "libéralisme culturel".

Écrit par : Cinéma militant | 24/12/2015

Écrire un commentaire