Clicky

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2017

Roses have thorns – casualties of the ukrainian revolution

Réalisation: Watchdog Media Institute

Année: 2015

Durée: 17 épisodes* (de 55 minutes à plus de 2 heures chacun)

Cette série documentaire retrace chronologiquement les événements survenus en Ukraine et plus particulièrement dans les régions orientales du pays (pro-russes), de la révolte de Maïdan (Kiev) en novembre 2013 jusqu’au siège de Donetsk à la fin 2014. Elle est essentiellement construite à partir d’images non commentées de la guerre, d’entretiens avec des habitants de ces régions, de conférences de presse données à la Maison blanche, de déclarations de dirigeants politiques s’exprimant sur le conflit.

 

* : Un dix-huitième volet devrait sortir prochainement

 

 Partie 1: Euromaidan & Crimea

 

Partie 2: Anti-Maidan 

 

Partie 3: Donbass

 

Partie 4: The Anti-Terrorist Operation I

 

Partie 5: The Anti-Terrorist Operation II 

 

Partie 6: The Odessa Massacre 

 

Partie 7: Victory Day in Mariupol

 

Partie 8: The Donetsk & Lugansk Referendums

 

Partie 9: Poroshenko I 

 

Partie 10: Poroshenko II 

 

Partie 11: Airstrike in Lugansk City 

 

Partie 12: The Siege of Slavyansk I

 

Partie 13 - The Siege of Slavyansk II

 

Partie 14: The Siege of Slavyansk III

 

Partie 15 - The Fall of Slavyansk

 

Partie 16 - The Attempted Siege of Donetsk I

 

Partie 17 - The Attempted Siege of Donetsk II

19/02/2017

Turquie : chronique d’une révolte (Chronik einer Revolte - Ein Jahr Istanbul)

Turquie : chronique d’une révolte (Chronik einer Revolte - Ein Jahr Istanbul),occupation du parc gezi,révolte de la place taksim,répression,recep tayyip erdogan,akp,turquie,biene pilavci,ayla gottschlich,documentaire,2015Réalisation: Biene Pilavci, Ayla Gottschlich

Année de sortie: 2015

Pays: Turquie, Allemagne

Durée: 58 minutes

En juin 2013 à Istanbul, un ample mouvement de contestation prend corps sur la place Taksim suite à la répression de la part de la police stambouliote des occupants du parc Gezi mobilisés contre le projet du gouvernement Erdogan de transformation de ce vaste espace vert en centre commercial.

Arrivées sur place pour rendre compte de cet hétéroclite mouvement social* et y étant retournées à plusieurs reprises durant l’année qui a suivi la révolte, les réalisatrices de ce documentaire parviennent à en tirer un bilan et, par la même occasion, à montrer le tournant autoritaire qu’a pris la Turquie sous l'actuel gouvernement.

*: puisque composé notamment de marxistes, de kémalistes, de militants kurdes, de musulmans anticapitalistes, de militants LGBT.

 

La bande-annonce en VO sous-titrée anglais:

 

Le documentaire en VF :

21/09/2016

Le capitalisme mérite-t-il une bonne correction ?

Année de sortie: 2015

Pays: France

Durée: 1 h 22

Dans le cadre de l'émission Ce soir (ou jamais) du 17 avril 2015, Thomas Piketty  – économiste de tendance social-démocrate, auteur notamment du livre Le capital au XXIe siècle - et Frédéric Lordon - économiste et sociologue de tendance marxiste ayant entre autres écrit l'ouvrage Capitalisme et servitude: Marx et Spinoza et plus spécialement un article paru dans le Monde diplomatique sous le nom "Avec Thomas Piketty, pas de danger pour le capital au XXIe siècle" - ont débattu sur le thème du capitalisme.

En bref, Lordon reproche à Piketty de ne pas avoir saisi la nature du capitalisme en le décrivant comme un (injuste) système de redistribution plutôt qu’en l'appréhendant comme le mode de production basé sur le salariat qui est lui-même un rapport social de domination. Lordon affirme quant à lui que la façon qu'a Piketty de définir le capitalisme le conduit nécessairement à adopter une position réformiste, autrement dit à aspirer tout au plus à une régulation du capitalisme.

Dans un second temps, Piketty et Lordon ont été rejoints par Guy Sorman – un essayiste libéral - qui les a tous les deux accusés de s'enfermer dans un vocable hermétique impropre à un véritable débat d'idées et qui serait par ailleurs selon lui l'apanage de l'extrême gauche. Ce dernier considère que le problème de l'économie de marché - Sorman refusant de parler de capitalisme – se situe dans les entraves faites à la libre concurrence par la bureaucratie et les abus de position dominante : les monopoles, les oligopoles ou plus largement les rentes de position.