Clicky

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2016

Pane e libertà: Giuseppe di Vittorio

Pane e libertà, Alberto NegrinRéalisation: Alberto Negrin

Année de sortie: 2009

Pays: Italie

Durée: 2x 1 h 40

Ce téléfilm en deux parties retrace la vie et le combat de Giuseppe di Vittorio (1892-1957), fils d'un ouvrier agricole de Cerignola (Pouilles, Italie) qui finira à la tête du syndicat CGIL (Confederazione Generale Italiana del Lavoro) en ayant entre autres pris part aux luttes rurales du début du XXe siècle en Italie, au Biennio rosso, combattu le fascisme ou encore fait la Guerre d'Espagne.

 

Première partie (VO):

 

Deuxième partie (VO):

28/12/2015

La raison du plus fort

La raison du plus fort,chômage,précarité et pauvreté,racisme,débrouille,répression,prison,gentrification,belgique,france,documentaire,patric jean,2003Réalisation: Patric Jean

Année de sorte: 2003

Pays: Belgique, France

Durée: 1 h 26

Sur des images prises en Picardie, à Lyon, à Marseille et en Belgique, ce documentaire montre notamment que les habitants des quartiers populaires majoritairement issus de l'immigration sont confrontés à la fois au chômage et à la discrimination au faciès ou au patronyme. En saisissant leur témoignage, en filmant une prison de l'intérieur, en recueillant le récit de détenus ou encore en saisissant le déroulement d'audiences au tribunal, ce documentaire parvient à montrer comment l'État criminalise la pauvreté.

 

la bande-annonce:

 

Le documentaire 1/5:

 

2/5:

 

3/5:

 

4/5:

5/5:

 

un entretien avec le réalisateur à cette page:

http://www.legrandsoir.info/La-Raison-du-plus-Fort.html

19/12/2015

La société du précariat

Réalisation: Thomas Lacoste

Année de sortie: 2007

Pays: France

Durée: 27 minutes

Dans cet entretien, le sociologue Robert Castel (1933-2013) décrit, dans une perspective historique, le glissement qui s'opère en France de la société du salariat stable généralisé à la société qu'il appelle du précariat, à savoir: la tendance globale à la substitution des contrats de travail à durée indéterminée et couverts par une série de protections sociales contre les aléas de l'existence – rendus possibles par la mise en place progressive de l’État social – par des contrats de travail à durée déterminée, des temps partiels non choisis, des missions intérimaires ou encore des stages.

Robert Castel traite par ailleurs notamment de la discrimination au faciès ou au patronyme - qui ajoute une couche supplémentaire d'injustice pour les fils d'immigrés appartenant aux classes populaires - et la décrit comme étant un déni de citoyenneté.